un enfant et un chien
Morsures de chien sur enfant : comment les éviter ?
10 mars 2014
chien aboie
L’agressivité chez le chien expliquée
26 mars 2014
Montrer Tout

Mon avis sur l’éducation canine

 

leçon d’éducation canine

En ce début d’année, j’effectue des statistiques sur l’année écoulée et je m’aperçois que le pourcentage des problèmes de comportement aggravés par l’éducation canine est en très forte augmentation. En 2013,  plus de 65% de mes clients sont passés par de l’éducation canine …

Aussi, je vous fais un petit rappel sur les bienfaits et les méfaits de l’éducation canine.

Tout d’abord, l’éducation canine telle qu’elle est souvent pratiquée avec les chiots de moins de 6 mois ne respecte pas du tout le chiot…

C’est comme si vous vouliez que votre enfant de 2 ans vous récite les tables de multiplication !!!

Alors, ne peut-on rien faire avec un chiot ?

chien%2037

Si bien sûr, on peut jouer et lui apprendre plein de choses en le respectant : on peut créer une   relation de confiance, base des futurs apprentissages, on peut lui apprendre à associer des mots à des positions : lui dire « assis ! » lorsqu’il s’assied naturellement, de même pour « couché ! ».…On peut le solliciter et lui donner envie de venir vers nous chercher des câlins ou apporter un jouet…

anim325

Il n’est pas encore capable de se concentrer et de fixer son attention donc on ne lui demandera pas l’impossible et on fera de courtes promenades car il est en pleine croissance.

La véritable éducation canine, basée sur le conditionnement, l’obéissance et la répétition n’interviendra pas avant 6 mois en respectant son seuil de concentration.

En principe, l’animal n’a rien à apprendre de l’homme sur ce qu’il doit faire et ce qui lui convient le mieux : il détient déjà les aptitudes destinées à assurer sa survie ainsi que celles de son espèce. Il se débrouille très bien sans l’intervention humaine.

Mais dès qu’un chien partage notre vie, il doit  répondre aux normes que nous avons établies dans le but de faciliter notre coexistence à l’intérieur d’une même communauté.

dogue_005

 L’éducation canine est utile seulement pour le maître, le chien n’en a pas besoin, il a appris de sa mère à vivre socialement selon les critères de son espèce.

L’éducation canine est, d’une façon assez générale, pratiquée à partir de la perception totalement anthropomorphique du chien par l’homme. Les critères sociaux et la perception de l’animal dans cette situation, sont absents. La relation dominant/dominé est souvent renversée notamment par l’utilisation de la nourriture pendant le travail en guise de récompense.

éducation canine : des croquettes comme récompense !

Elle s’appuie sur des règles d’apprentissage de conditionnement pour obtenir du chien une réponse immédiate à des ordres appris et souvent répétés.

chiens%20(201)

L’éducation canine renforce la position dominante du maître sur son animal mais ne crée pas cette position dominante si elle n’existe pas. Elle n’a donc de sens et d’intérêt que lorsque la relation   hiérarchique homme/animal est intégrée par le maître et effective. Dans ce cas, c’est un excellent outil. L’éducateur canin peut  mettre son approche au service du propriétaire qui souhaite avoir un bon contrôle sur son chien pour la marche au pied, le rappel, les ordres tels « assis », « couché »…Elle permet d’obtenir une obéissance à des ordres précis. Elle est positive car c’est un moment que l’homme consacre entièrement à son chien et elle renforce la relation.

Mais il y a des cas où elle peut avoir un effet dévastateur, par exemple lorsqu’il y a anxiété de séparation du chien sous-tendue par un hyper attachement, car dans ce cas, renforcer la relation par le biais de l’éducation canine  ne fera qu’accentuer le problème.

Contrairement à une idée reçue, l’éducation canine est également inadaptée pour résoudre les problèmes de hiérarchie : on confond souvent hiérarchie avec autorité ou obéissance…

L’éducation canine peut être dangereuse dès lors qu’il y a des dysfonctionnements au sein de la relation maître/animal car des méthodes de conditionnement sont non seulement  inopérantes mais souvent dangereuses dans le cas de relations instables, en particulier pour des chiens dominants  qui se retrouvent en position dominés dans le seul cadre de la séance d’éducation canine.  Dans ce contexte, le chien, même dominant, obéit parce qu’il n’a pas le choix : il est tenu en laisse et se trouve souvent sous la menace d’une sanction. Ce n’est pas parce qu’il obéit sur un terrain d’éducation canine qu’il est soumis de retour à la maison. Au contraire cela génère de l’incompréhension qui peut perturber son comportement.

chiens%20(76)

L’éducation canine mise en œuvre pour des problèmes graves tels les phobies, l’agressivité, les syndromes de privation, les états anxieux…peut installer un semblant de rémission dans l’instant. L’animal est alors prédisposé à des psychopathologies comportementales très graves et dangereuses pour son environnement futur dès que le système  neurophysiologique de l’animal s’affaiblit en vieillissant : c’est ainsi qu’on peut voir des dépressions d’involution liées à une pratique inadaptée de l’éducation canine.

Chaque pratique doit être adaptée à la situation. Il est primordial de s’adresser à un professionnel compétent qui connaît ses limites et orientera vers les techniques adaptées à chaque cas d’espèce. De plus, elle doit être intégrée dans le quotidien et intervenir au bon moment.

Et vous, avez-vous suivi des cours d’éducation canine avec votre chien ?

Cela vous a-t-il permis de résoudre vos problèmes ?

Dites le moi dans les commentaires

 

8 Comments

  1. REMY dit :

    Bonjour, j’ai adopté une Maeva d’environs 8 mois dans un refuge il y a de cela 12 ans. Après avoir respecté le délai d’acclimatation de 4 mois et l’avoir rebaptisée Youki, j’ai suivi les séances d’éducation que proposait le refuge. C’est toujours génial ! Elle adore y aller. Même s’il peut y avoir quelques frictions avec d’autres chiens, les exercices sont pour elle, quelque chose de vital ! il faut la voir réprimander les jeunots qui perturbent les séances, et même s’il s’agit de chiens plus gros comme les danois. Ils ont, entre eux, un respect des chiens les plus âgés?! Et je ne me suis jamais contentée des exercices réalisés dans le cadre de ces séances. C’est tous les jours un petit peu : pas bouger devant la boulangerie, stop devant le passage piéton, etc. par contre la récompense alimentaire n’est jamais systématique. C’est de faire des choses avec moi sa récompense et de savoir qu’elle est en sécurité si elle obéit, c’est top. Lors des séances d’éducation, je vois bien que souvent le problème, ce n’est pas le chien mais le maître! les propriétaires interprètent mal ou n’anticipe pas les réactions de leur compagnon à 4 pattes! Ceux qui crient ne comprennent donc pas que personne ne souhaiterait venir auprès de quelqu’un qui leur hurle dessus? ou les phrases négatives ne peuvent qu’être mal interprétées : « pas sauter, non pas tirer! » comment faire pour que le chien apprenne à sauter et à tirer par la suite? j’avais lu qu’un chercheur britannique avait réussi à apprendre plus de 1000 mots à son border. Je n’en suis qu’à 60 mais ça me permet d’échanger de belles choses avec mon toutou ! J’aimerais tellement que les propriétaires de chiens se sentent plus concernés par l’équilibre mental de leur chien. Qu’est ce que je peux en croiser lors de promenade qui aboient pour rien, qui montrent les dents et qui chargent, etc. …

    • Oui, il y a heureusement certains éducateurs canins qui font un bon travail et certaines personnes qui sont rassurées de faire de l’éducation canine mais heureusement, il y a beaucoup d’autres méthodes non basées sur le conditionnement de l’animal pour avoir une bonne relation et un animal bien dans ses patounes. Tant mieux si cela vous convient

      • REMY dit :

        j’ai oublié de vous préciser: ce n’est pas un éducateur canin qui instruit, c’est le directeur d’un refuge spa. Et ces séances ne sont ni figées ni codifiées comme en club. Ce sont des balades qui peuvent se dérouler dans le pré d’à côté ou un peu plus loin en forêt. Chiens de tous âges, toutes tailles et races sont les bienvenus. Le but étant pour les nouveaux maîtres d’acquérir les bases du langage canin. Si on est enthousiaste, on peut demander à faire des jeux-exercices plus complexes (pistage, recherche d’objets, etc.) tout est ludique et jamais aucune brutalité! Je n’ai absolument pas adhéré à l’esprit de compétition que j’ai ressenti quand j’ai voulu testé un vrai club; j’étais à la recherche de plus amples connaissances pour le bien être de mon toutou!

  2. Sylvie dit :

    Merci Dany pour ce témoignage qui malheureusement correspond à ce que j’entends de plus en plus souvent!
    Il faut faire savoir aux gens qu’il existe d’autres méthodes, respectueuses de l’animal et que c’est en témoignant et en refusant les méthodes barbares mais aussi celles qui utilisent la nourriture qu’ils feront bouger les choses.
    Les méthodes respectueuses prennent certes un peu plus de temps pour obtenir des résultats mais ces résultats sont durables dans le temps et consolident une relation bien établie et harmonieuse.
    Il faut savoir que de très nombreux chiens sont abandonnés ou euthanasiés alors qu’il aurait suffi de très peu de chose pour rétablir l’harmonie dans la relation. Les gens pensent qu’il n’existe pas de solution à leur problème et les chiens trinquent. La plupart du temps, le vrai problème est seulement l’ignorance :ignorance de ce qu’est vraiment un chien, ignorance de la véritable cause de son comportement, ignorance de l’existence de solutions à effet rapide… c’est vraiment très malheureux!

  3. Dany dit :

    Je viens apporter ma petite pierre à l’édifice ou mon grain de sel à la discussion. J’ai fait moi-aussi un bref passage auprès d’un éducateur canin avec mon jeune berger australien. Le premier diagnostic, basé sur une approche de défi de la part de cette personne, a été : »c’est un chien craintif, comme la plupart de ceux de sa race ! » ??? !!!  » (De vous à moi, face à un tel regard, si j’avais été chien …) « Amenez-le à mes séances en groupe mais muselé » (il avait pincé la tendre cuisse de la postière … sans gros dommage, fort heureusement, mon chien – pas le dresseur !!!)
    Séances peu productives à mon sens, d’autant que j’ai refusé de me servir de croquettes-récompense. L’ambiance générale n’était pas à la sérénité et le stress évident de beaucoup de maîtres se reportait inévitablement sur les chiens. Bref ! Deux séances ont suffi pour décider que… tout ceci ne servait pas à grand chose. Depuis le travail que je réalise grâce à Sylvie, j’ai compris le nœud du problème : c’est l’approche de l’humain qu’il faut considérer avant toute chose. Car c’est de lui que dépendent les fameuses fondations dont tu parles, Sylvie.

  4. BERNET dit :

    Oui, j’ai fait éduquer ma chienne (un berger australien) par la méthode amicale et positive dès que je l’ai eue (3 mois) jusqu’à ses 5 mois. C’est vrai qu’avec la croquette, le chien répond positivement à ce qu’on lui demande, mais dès que la croquette n’est plus là, le chien n’obéit plus. Ceci dit, elle était encore toute jeunette.
    Un jour, je l’ai emmenée chez une toiletteuse qui m’a reproché que mon chien était mal éduqué. Elle m’a conseillé de prendre des cours auprès d’éducateurs canins qui, eux, utilisaient la manière forte. Ce que j’ai fait, mais pas longtemps. C’est infiniment déplaisant pour le chien et pour le maître (en tout cas, ce n’est pas dans ma nature)
    En désespoir de cause, j’ai fait appel à son éleveuse qui m’a appris comment me comporter : on doit être ferme, mais ce n’est pas la peine de crier.
    Aujourd’hui, Indiana a un an et demi et obéit à merveille (la plupart du temps).
    Je fais à ma façon en essayant de gommer mes faiblesses et en lui donnant beaucoup d’amour. Ma foi, cela ne marche pas trop mal. J’ai juste un souci : quand je pars faire les courses, elle trouve toujours quelque chose à mâcher.
    Je planque les chaussures, les journaux, les oreillers. Depuis peu, elle s’attaque à ma couette. J’ai essayé l’indifférence et nettoyage des dégâts quand elle n’est pas là. J’ai essayé de la gronder. J’ai essayé de la punir en l’empêchant d’être avec moi pendant un petit moment. Rien n’a marché.
    Elle reste une chienne géniale et j’ai plein de rembourrage pour garnir des coussins ….

    • Sylvie dit :

      Bonjour Béatrice,
      Oui, ce que vous décrivez est ce que vivent de très nombreux propriétaires de chiens… et ce que j’ai moi-même vécu avec mon chiot avant de faire ma formation!
      comme toujours, on envoie le balancier très loin d’un coté et puis ensuite très loin de l’autre, sans chercher l’équilibre. On est passé d’un dressage dans la brutalité à du gavage, en considérant nos chiens comme des animaux de cirque. La fameuse « éducation amicale et positive » est le plus souvent du pur Pavlov! On nie complètement les états mentaux du chien pour le robotiser par l’attrait de la bouffe, c’est pitoyable!
      Alors que notre brave toutou se contente très bien de nous savoir content de lui. Pour moi, la seule chose importante est la qualité de la relation. Respecter le chien pour ce qu’il est afin qu’il nous respecte pour ce que nous sommes. Etre clairs dans nos messages pour qu’il comprenne ce qu’on attend de lui et il sera très heureux de nous faire plaisir.
      Si vous ne vous en sortez pas avec Indiana sur le plan des dégâts, je suis en train de mettre en place un programme sur internet qui devrait vous intéresser, contactez-moi afin que je vous invite au wébinaire que je vais bientôt organiser à ce sujet.
      Dans ce que vous décrivez, bien sur votre problème c’est sans doute les dégâts que fait Indiana en votre absence. Mais ayez à l’esprit que si elle fait cela, c’est qu’elle a une bonne raison de le faire. un chien ne fait pas des dégâts pour nous ennuyer mais c’est un message qu’il nous envoie pour exprimer son mal-être. Vous avez fait beaucoup de choses pour votre chienne et je suppose donc qu’il est important pour vous qu’elle se sente bien! C’est dommage qu’elle vive dans l’anxiété chaque fois que vous vous absentez alors qu’avec un peu de travail sur le sujet elle pourrait vivre vos absences sereinement. Mais c’est un domaine délicat et c’est compliqué de s’en sortir seul. Or elle n’a qu’un an et demi et je pense vraiment que cela vaut le coup de solutionner son problème.
      En tout cas, merci de votre commentaire qui reflète bien les situations que je rencontre très souvent quand des gens sont passés par l’éducation canine. L’éducation canine peut être un bon outil mais c’est le toit de la maison et cela n’a de sens que’une fois qu’on a des fondations et des murs solides!
      Et encore faut-il qu’elle soit bien pratiquée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.