https://sylviechaiffre-animalcom.com/quel-chien-vous-correspond/
Quel chien vous correspond ?
27 octobre 2017
Croquettes chiots : attention, danger !
28 mars 2019
Montrer Tout
chien est peureux

Pourquoi votre chien est peureux ?

Dans la grosse majorité des cas, le  chien est peureux lorsqu’il est confronté à des bruits, des situations, des rencontres… auxquels il n’a pas été préparé dans son enfance.

Par exemple, un chien est peureux lorsqu’il a vécu ses premiers mois à la campagne, sans sortir de son environnement. Il risque de développer une peur des bruits ou des mouvements (voitures, monde…) que n’aura pas un chien habitué très jeune à un environnement citadin.

Il y a plusieurs causes qui peuvent expliquer un tempérament craintif. Les plus fréquentes sont :

  • Génétique ou mimétisme

Un chiot né d’une mère craintive a une probabilité plus grande d’avoir un tempérament craintif. Quelle est la part de génétique ou celle de mimétisme dans son apprentissage en observant sa mère par exemple, il est difficile de le dire mais c’est un fait avéré.  J’ai le cas chez moi avec Namasté. Sa mère est particulièrement craintive et je l’ai choisie malgré tout en pensant que mes compétences permettraient de compenser ce handicap en la sortant beaucoup et en la confrontant à des environnements avec beaucoup de stimulations. Le résultat est effectivement une amélioration significative de ses comportements craintifs mais elle garde un tempérament de base peureux. Dès lors qu’elle est confrontée à une situation inconnue ou stressante, c’est panique à bord ! Personnellement, cela ne me dérange pas vraiment car je sais gérer mais je suis un peu triste pour elle qu’elle ne soit pas sereine autant qu’elle pourrait l’être…

chien est peureux
Namasté

  • Une mauvaise socialisation

Le chien est peureux lorsque chiot, il n’a pas été stimulé et sorti suffisamment pendant sa période de socialisation, c’est-à-dire entre la 4ème et la 12ème semaine. C’est la période pendant laquelle le chiot va mettre en mémoire des références d’environnement. Pour cela il doit vivre dans un environnement de plus en plus riche, qui va stimuler la vue, l’audition, l’activité motrice…

Il doit sortir dans tous les milieux qu’il rencontrera à l’âge adulte.

Cette étape de sa vie est particulièrement importante. En effet, la plupart des acquis comportementaux canins se mettent en place au cours de cette période.

De plus, ses compétences sociales se développent énormément : il apprend à vivre avec les autres (il se socialise à l’espèce canine et aux autres espèces), acquiert les systèmes de communication utiles à une bonne insertion sociale et découvre les lois indispensables à la vie en meute.

 

  • Traumatismes

Une mauvaise expérience peut laisser des dommages psychologiques très importants.  C’est le cas par exemple de chiots adoptés durant la 9ème semaine.

La 9ème semaine est une période critique durant laquelle le chiot semble régresser dans ses apprentissages et est sensible au moindre changement dans son environnement. On constate une atténuation des comportements exploratoires, un rien le perturbe ou l’effraie. C’est une période qui nécessite beaucoup de calme et une grande stabilité émotionnelle. La peur prend alors souvent le pas sur la motivation à établir des contacts.

Il faut, autant que possible, éviter d’accueillir un chiot durant cette période.

Soit le chiot est dans un environnement satisfaisant pour son développement et il est bien de l’adopter à sa 10ème semaine. Soit le chiot vit dans un environnement pauvre en stimulations ou se trouve en isolement social et il est bon de le prendre le plus tôt possible, donc dès ses 8 semaines qui est la date légale pour prendre un chiot. A ce moment-là, il faudra le laisser prendre tranquillement contact avec son nouvel environnement, sans rien brusquer et lui laisser passer le cap de la 9ème semaine au calme. On pourra ensuite le sortir rapidement et lui faire découvrir le plus possible de situations lui permettant d’enrichir ses références.

Lorsqu’on nous consulte au motif que le chien est peureux, on trouve souvent la source de traumatismes psychiques telles les phobies ou l’anxiété qui ont été ancrés durant cette période. C’est le cas en particulier de chiens qui ont été amenés dans un salon du chiot durant cette période. Le mouvement, le bruit, les aboiements, de mauvaises conditions de transport… laissent souvent des traces qui peuvent avoir des répercussions sur le comportement du chien et sont difficiles à effacer.

 

  • La peur communicative !

Si vous redoutez certaines situations, si vous avez peur, le chien éponge vos propres émotions. Il ressent toutes nos émotions car il est notre miroir. Il est en permanence en observation et il ressent fortement le stress de sa famille humaine. Il faut donc travailler sur nos propres peurs pour éviter qu’il les exprime à son tour.

Nous avons très souvent l’exemple de personnes qui ont peur des rencontres entre leur chien et d’autres congénères. La personne voit un chien au loin et a peur qu’il fasse du mal à son chien. Elle modifie son comportement, soit rattache son chien, ou pire le prend dans ses bras et le rassure. De ce fait, elle transmet sa peur à son chien qui va se mettre à redouter lui aussi les rencontres canines, alors qu’en tant qu’animal de meute, s’il a été correctement socialisé, les rencontres sont normalement des moments de plaisir partagé.

Dans ce cas, bien évidemment, le travail sera à faire sur l’être humain et le seul fait que l’humain se détende lors des rencontres va apaiser son chien qui adoptera un comportement amical.

 

Votre chien est peureux : quelles conséquences ?

La peur provoque souvent des comportements indésirables. Le stress fait diminuer le seuil de tolérance ainsi que les capacités d’apprentissage. Il est donc souvent impossible  de lui faire intégrer de nouveaux apprentissages quand le chien est peureux.

La peur est une émotion intense qui pousse le plus souvent le chien à s’enfuir pour éviter une situation ou à se défendre s’il ne peut pas fuir, pour se soustraire à ce qu’il identifie comme un danger.          

 

chien est peureux et agressif
Un jeune chien peureux agressif
chien est peureux



Il faudra toujours être vigilant lorsqu’un chien est peureux car les agressions par peur, qui ont lieu en général lorsque le chien ne peut se soustraire à l’objet de sa peur, sont souvent les plus dangereuses parce que non contrôlées.

 

 

Comment identifier les signaux qui indiquent que votre chien a peur ?

chien est peureux agressif
chien est peureux
Chien peureux

               

  • Il halète
  • Il a les poils hérissés sur le dos
  • Il a les pupilles dilatées
  • Il a les oreilles plaquées vers l’arrière
  • Il peut s’uriner dessus
  • Il tremble
  • Il a la queue collée entre les pattes
  • Il remue la queue vers la gauche
  • Il peut bailler
  • Il peut grogner, montrer les dents
  • Il peut mordre dans le vide…
chien est peureux agressif

 

Quelles solutions ?

Ces situations d’agressivité étant liées à une émotion, il ne faudra surtout pas punir l’animal au risque de renforcer le problème. La solution consistera à travailler sur la cause, c’est-à-dire, l’amener à diminuer son seuil émotionnel et banaliser petit à petit les situations génératrices de sa peur.

Pour l’aider à surmonter sa peur, on pourra travailler sur son seuil de sensibilité de manière à le faire reculer régulièrement. On pourra également l’aider avec des fleurs de Bach qui permettront de diminuer son terrain émotionnel.

 

Si la peur a été provoquée par mimétisme avec sa mère ou avec un membre de sa famille humaine, il conviendra bien sur de travailler en parallèle sur leur terrain émotionnel car les êtres en relation fonctionnent dans un système où les émotions des uns interagissent sur les émotions des autres. On prendra donc soin de mettre tout le monde sur les mêmes émotions par l’utilisation de l’homéopathie ou des fleurs de Bach. 

fleurs de bach

Ainsi, chaque situation est complexe et différente et chaque individu est unique. Donc, si vous êtes confronté à ce type de problème, soyez rassuré, le chien a un comportement adaptatif. Dans la très grosse majorité des cas, on obtient des résultats étonnants et des améliorations très importantes lorsqu’on fait un vrai travail sous le contrôle d’un bon professionnel.

Cependant, ce type de problème ne s’arrange pratiquement jamais si on ne fait rien, il a plutôt tendance à empirer. Le plus souvent, un accompagnement est nécessaire pour ne pas commettre d’erreur.

3 Comments

  1. Sylvie dit :

    Je ne comprend pas pourquoi il baille en jouant,quand j’y parle il baille assez souvent.

  2. masson chantal dit :

    très bon article. J’ai adopté il y a 15 mois une cane corso qui a maintenant 3 ans et 1 mois. Elle a eu un propriétaire pendant environ 18 mois puis a été « donnée » 4 fois avant d’atterrir au refuge où elle est restée 3 semaines. Elle est très craintive envers les gens et envers les autres chiens, jamais agressive mais très réactive et se présente mal (saute, va brutalement au contact, ne montre pas les signaux d’apaisement ). Je travaille avec une comportementaliste qui utilise uniquement le renforcement positif. bien sûr notre relation a beaucoup évolué sur 15 mois et elle me fait confiance (pas encore à 100% je crois). Avec les gens ça va mieux (sauf quelques têtes qui ne lui reviennent pas), avec les chiens nous travaillons à distance en renforçant les comportements désirables, beaucoup de friandises, on raccourci peu à peu la distance, à son rythme. Ce n’est pas facile mais elle fait de grands progrès. Au début j’étais complétement dépassée, maintenant je gère au mieux et je continue à nous faire aider.

  3. Boiné. Nicole dit :

    Bonjour, j’ai eu un chien qui a commencé à faire des crises d’épilepsie à partir du moment où son compagnon de vie est décédé. Il s’est très vite senti en insécurité. Il n’a pas été possible de calmer ses peurs…des crises se sont accélérées, jusqu’à sa fin.

    Nous avons adopté un nouveau chien,un chiot que nous avons trouve dans une exposition canine. Il était le dernier d sa portée. Et quand vous décrivez le passage de la 9e semaine,cela me parle… Il a eu très vite craint mon mari… Un grand gaillard d’1m85 et de 110 kg. Il a mis n bon moment pour se sentir bien en sa présence, même si mon mari a été très gentil avec lui… Mais son gabarit l’a longtemps impressionné. De plus, moi d’une autre stressée n’ai pas du, involontairement, l’aider. Merci pour votre article très interessant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.