Comment le chien communique ?

Comment le chien communique ?

Communiquer signifie se faire comprendre en utilisant les capacités de chacun.

a howling dog on phone

La communication commence quand un individu, l’émetteur, produit un signal qui modifie le comportement d’un autre individu, le receveur.

L’animal, comme l’homme, communique à l’aide de ses différents sens : l’odorat, le toucher, l’ouïe, la voix et la vision.

a23[1]       chien aboie

Mais, en tant qu’être vivant différent de l’humain, l’animal n’a pas les mêmes codes de communication que nous. De ce fait, il devient presque impossible de connaître ce qu’il « pense ».

Si l’homme peut dans une certaine mesure comprendre les animaux qui partagent son quotidien et même communiquer avec eux, sa maîtrise de leur langage reste limitée à ses sens les plus performants.

hond62          peroquets019               chiens%20(110)                  chien pb cohabitation                  Chats-276

Le chien  possède des qualités sensorielles supérieures à celles de l’homme en particulier en ce qui concerne l’odorat.

Il utilise ses canaux sensoriels avec des priorités différentes de celles de l’homme.

Par exemple, là où l’homme se sert de sa vue, le chien utilise son flair.

L’ouïe nous permet de percevoir leurs messages sonores, la vue de lire leurs expressions faciales, leurs parades…, le toucher de sentir leur contact. En revanche, notre odorat défectueux transforme en énigme leurs signaux olfactifs.

chiens%20(229)

– L’odorat

L’olfaction est un organe très performant qu’il utilise beaucoup pour transmettre des messages qu’il peut laisser un certain temps, même en son absence. La communication olfactive se fait principalement par les phéromones.

L’homme n’utilise pas consciemment ce mode de communication mais il communique inconsciemment avec son chien par des phéromones : on suppose que l’émission de phéromones par l’adolescent déclenche les modifications de comportement du chien à la puberté.

De même, les sécrétions des glandes sudoripares de l’homme renseignent sur son état physiologique et émotionnel.

 chien_052[1]

– Le toucher

La caresse a une signification différente selon qu’elle s’effectue sur la tête et le dos (domination) ou sous le cou (satisfaction). Sa force renseigne l’animal sur l’état émotionnel de l’homme. Le toucher est   une communication de sensations plus que d’informations

chiens%20(100)

– L’ouïe

Le chien a une ouïe très fine et, sans comprendre comme l’homme le sens des phrases, il est très sensible à la voix humaine.

               hond62                                                                      chiens%20(187)

– La voix

L’homme utilise énormément les signaux vocaux : il aura donc tendance à exagérer leur signification chez l’animal.

Le chien utilise dans ses interactions avec l’homme des vocalisations différentes suivant les situations : 

         gémissement : douleur, solitude…

         aboiement : alerte, appel au jeu, excitation…

         hurlement : anxiété, localisation des membres du groupe, maintien du territoire…

         grognement : menace, jeu…

Ses vocalisations se caractérisent par des paramètres mesurables : durée, fréquence, volume, rythme.

L’émission de sons par le chien est un langage qui s’articule autour de la variation de sons alors que chez l’homme il s’articule autour de l’apposition de mots.

chien_044[1]

– La vision

Les signaux visuels se fondent sur les postures corporelles, la mimique faciale et l’activité gestuelle. Ce sont là des signaux importants qui expriment à la fois les émotions et les intentions de l’animal.  

Le chien communique sur le mode analogique, ce qui exclut la communication verbale et restreint la communication par son incapacité à exprimer l’abstraction : il s’exprime par ses postures, ses mimiques faciales, ses vocalisations, le détournement de son regard, ses comportements gestuels.

 

– La métacommunication

Elle comprend le langage paraverbal (intonation de la voix, silences, hésitations…) et le langage non verbal (postures, position du corps, transpiration, cinétique de déplacements…).

De nombreux chercheurs en communication (notamment Grégory BATESON et son équipe de chercheurs lors de leurs travaux réalisés à Palo Alto) ont démontré que chez l’humain, la métacommunication représente environ 80% d’un message. Si tout est congruent, le message est clair et lisible. Mais, si les deux parties du message, (verbal et non verbal) ne sont pas cohérentes, le non verbal prime. Nous entendons les mots mais nous répondons au langage corporel.

S’il y a discordance entre le discours et la gestuelle de l’homme, le chien retient la métacommunication car il est expert en langage non verbal et peut décoder des changements infimes.

 L’homme communique à la fois sur le mode digital et sur le mode analogique. Il utilise le verbal (langage parlé), le paraverbal (intonation, silences, rythme…) et le non verbal (gestuelle, mimiques…).

Tous ces éléments s’associent pour transmettre son état émotionnel et peuvent altérer son message verbal volontaire.

L’homme utilise les mêmes modalités de communication que son chien mais il privilégie le verbal et occulte l’olfactif.

Le chien comprend mal le verbal, c’est donc surtout au niveau du langage non verbal que se situent les interactions entre l’homme et l’animal. Ce langage est interspécifique : il permet les communications entre espèces différentes. Il est plus adapté  à l’inconscient et permet à des informations contradictoires de coexister.

Le regard, les intonations de voix, les mimiques, participent à cette communication. Ce que l’homme veut cacher dans son langage verbal transparait dans le non-verbal.

Nos attitudes physiques, notre langage corporel, nos humeurs et nos états d’âme influent sur le comportement, voire sur la personnalité de notre chien.

C’est le cas  quand l’homme utilise les renforcements inconscients, par exemple lorsqu’il rassure son chien à chacun de ses départs, favorisant ainsi l’anxiété de séparation. Le problème s’aggravera si on donne beaucoup plus d’attention à l’animal au moment du départ : son sentiment de solitude n’en sera que plus important.

Une bonne communication utilisera ces différences et n’essayera pas de les gommer. Les capacités sensorielles et cognitives inégales entre l’homme et l’animal expliquent les nombreuses divergences et les interprétations dans leur communication.

Pour véhiculer un message, différents modes de communication sont possibles : verbal, tonal, postural…

Il est donc important d’utiliser correctement chaque système pour se comprendre

a3px46ws 

 

Ce langage permet les communications entre espèces différentes. Le regard, les intonations de voix, les mimiques, participent à cette communication. C’est l’aspect relation qui prime dans la communication entre l’homme et l’animal. La communication passe donc à la fois par des voies physiologiques et émotionnelles. C’est l’utilisation correcte de chaque système qui est le point de départ d’une bonne compréhension. Pour véhiculer un message, différents modes de communication sont possibles : verbal, tonal, postural, mental…boy with dog

Articles Similaires :

2 réflexions sur “Comment le chien communique ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer

Guide offert :

Connectez-vous avec votre animal
et développez votre complicité

Retour haut de page
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp
Email