Tosca : pourquoi je suis aujourd’hui comportementaliste ?

 .

TOSCA

.

En réalité, Tosca m’a quitté au mois de juillet 2012, mais je tiens à lui rendre hommage parce qu’elle est à l’origine du choix de ma profession actuelle et donc sans elle, ce blog n’aurait sans doute jamais existé. 

En plus, elle était encore parmi nous quand j’ai commencé ce blog, en 2012, et même si elle n’est plus là physiquement aujourd’hui, sa présence est partout à mes côtés.

J’ai toujours vécu entourée de chiens depuis ma plus tendre enfance dans des relations de bonheur partagé mais je n’avais jamais eu l’occasion d’avoir un chiot que je choisisse bébé. Je récupérais toujours des animaux abandonnés qui, d’une façon ou d’une autre, croisaient ma route.

Enfant, je voyais souvent des bouviers bernois et je m’étais dit que plus tard, ce serait mon chien. Et puis les années ont passé, tant de chiens en souffrance ont croisé ma route et donc partagé ma vie : plus de place pour un chiot et surtout pas assez de temps à lui consacrer. Je partais du principe qu’un chien en souffrance serait toujours mieux chez moi que dans un refuge même si je ne pouvais lui offrir des conditions de vie idéales parce que je n’étais pas aussi présente qu’il était souhaitable pour lui. Par contre, pas question de choisir un chiot dans ces conditions.

Et puis, en 2002, je me suis retrouvée en période d’inactivité professionnelle, avec du temps disponible et je me suis dit que c’était le moment de réaliser mon rêve. J’ai donc été chercher un chiot bouvier bernois. Et Tosca est arrivée dans ma vie !

Tosca a été mon premier «bébé», mon choix. J’ai choisi d’abord la race : un bouvier bernois (j’en rêvais depuis mon enfance), puis l’élevage et enfin, j’ai été la choisir dans la portée. Elle avait alors 3 semaines.

Et puis…j’ai dû patienter en rêvant au jour béni où je la ramènerais à la maison : 7 longues semaines à attendre (j’avais lu qu’il valait mieux laisser les chiots avec leur mère jusqu’à 10 semaines !). Pendant ces semaines interminables, j’ai lu tout ce que j’ai trouvé sur le sujet : je ne voulais pas faire d’erreur !

.

.

Peu de temps après son arrivée, vers ses 3 mois, je l’ai inscrite à l’éducation canine et là : catastrophe !

Mon objectif était de l’éduquer le mieux possible pour pouvoir l’emmener avec moi partout sans courir de risques et sans qu’elle ne me pose de problème. Ma petite merveille était hyper intelligente et facile, c’était un vrai bonheur de lui consacrer du temps pour bien l’éduquer. C’est avec beaucoup d’enthousiasme que je me suis donc rendue aux cours d’éducation canine.

Là, j’ai très vite déchanté. 

Les moniteurs, comme les gens, criaient sur les chiens comme s’ils étaient sourds. Petits ou grands, agressifs ou non, tout le monde ensemble. Toute petite, elle a été gavée, à suivre des séances interminables pour ce petit bout de chou qui, malgré toute sa bonne volonté, était incapable de se concentrer aussi longtemps. Et puis chaque fois qu’elle faisait quelque chose, récompense avec friandise, çà, elle l’a très bien compris, tellement bien qu’elle s’est mise à suivre mes poches et à faire tout d’elle-même, tapant dans ma poche pour me réclamer ses récompenses.

Très vite, elle s’est montrée apeurée à chaque fois que je voulais la conduire sur le terrain alors qu’elle n’avait peur de rien. Elle refusait de monter dans la voiture quand on partait au club alors qu’elle adorait la voiture dans les autres circonstances. Elle n’obéissait plus si je ne donnais pas de récompense alors que toute petite, avant d’aller en club, elle était extrêmement douée pour l’apprentissage et obéissait naturellement sans avoir besoin de lui donner quoi que ce soit. J’étais désemparée.

On nous a fait suivre des cours d’1 heure avec des adultes dont certains étaient agressifs, ensuite on tournait en rond comme des automates en tirant sur les chiens, et « pas bouger », « pas toucher », « pas sentir »… j’ai fini par dire : « et respirer, elle peut ? » avant de m’en aller au bout de quelques cours.

J’ai fait une autre tentative dans un autre club qui ne m’a pas convaincue non plus.

Je me suis alors dit que la solution était de me former pour faire le moins possible d’erreurs. C’est alors que j’ai découvert ce métier de comportementaliste animalier : MERCI TOSCA sans qui je n’exercerais probablement pas aujourd’hui.

C’est donc grâce à cela que j’ai découvert ce merveilleux métier. J’ai étudié pendant 3 ans pour devenir comportementaliste puis pendant 1 an pour me former en tant qu’éducatrice canine, car ce n’est pas du tout le même métier.

J’ai offert à Tosca le plus beau des cadeaux car je l’ai aimée comme elle le méritait c’est-à-dire en respectant ses besoins et sa vraie nature et en lui apportant tout ce que j’ai pu durant toute sa vie.

Tosca m’a offert le plus beau des cadeaux car elle m’a permis de découvrir le métier de comportementaliste que j’ai fait mien et ainsi permis d’aider des milliers de chiens et leurs propriétaires, d’éviter des abandons et des euthanasies et de changer ma relation avec mes chiens présents et à venir pour toujours plus de respect et de compréhension dans nos différences et de transmettre cela à tous ceux qui suivent mes enseignements.

Ce métier m’a aussi permis de faire de très belles rencontres, aussi bien humaines qu’animales, et beaucoup de mes clients d’hier sont parmi mes meilleurs amis d’aujourd’hui. J’ai gardé le contact avec un grand nombre d’entre eux que je continue à voir plus ou moins souvent dans les promenades en groupe ou lors des week-end que j’organise.

Je dois à Tosca un bonheur quotidien dans l’exercice de ma profession et pendant plus de 10 ans à ses cotés.

Je lui doit également la présence de Thaïa car c’est pour elle que je l’ai adoptée. Elles ont partagé 9 années de bonheur et de complicité sans faille, toujours ensemble, inséparables.

.

.

Cette merveilleuse chienne m’a tellement apporté, tellement appris… je lui en serai reconnaissante jusqu’à la fin de mes jours, elle m’accompagne partout en pensée.

Je ne pouvais que lui rendre hommage dans ce blog.

Alors, en mon nom, et en celui de tous ceux que j’aurai pu aider grâce à toi :

un IMMENSE MERCI, MA MERVEILLEUSE TOSCA

MERCI TOSCA, MERCI POUR TOUT !!!

.

Tosca

1 Comment

  1. priou dit :

    très joli hommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *