Mon approche en tant que comportementaliste

 

mon approche en tant que comportementaliste

 

.

En tant que comportementaliste, mon approche consiste à intervenir sur la relation  entre la famille humaine et son animal.

 

Je suis dans une relation d’aide qui consiste à écouter et à guider pour permettre le changement.

C’est la famille, par sa pratique, par l’évolution de sa relation, placé sous mon contrôle, qui provoque le changement attendu.

Je commence donc par prendre en charge les membres de la famille et leur souffrance.

Le traitement de chaque problème de comportement s’effectue par l’élaboration d’un diagnostic précis de l’origine de chaque problème et l’apport de solutions adaptées à la nature de ses déclencheurs.

Le diagnostic est un élément fondamental dans mon intervention.

A la base du diagnostic, il y a une perception de la situation qui intègre les éléments suivants :

  • Chaque personne avec son histoire
  • Chaque animal avec son histoire et les difficultés manifestées : espèce, race, âge, sexe, antécédents dressage, état de santé…
  • Les relations des uns et des autres
  • L’intensité des relations

L’établissement d’un diagnostic repose sur la mise en évidence d’un certain nombre d’éléments, sur la détermination du problème et des objectifs personnalisés.

L’animal est le révélateur d’un dysfonctionnement qu’il convient d’identifier.

Seuls les membres de la famille savent ce qui se passe et eux seuls peuvent le décrire avec leurs mots, leur façon de parler ou de se comporter.

C’est pourquoi la présence des animaux n’est en rien indispensable au bon déroulement de l’entretien.

Je n’agis pas sur l’animal. C’est la famille qui, en modifiant des éléments de l’environnement et en repositionnant sa relation à l’animal permet le changement.
Je ne dispose pas d’un catalogue de solutions car chaque situation est différente et nécessite l’élaboration d’un diagnostic et la recherche de solutions personnalisées.

.

famille au complet avec le chat

.

Déroulement d’un entretien :

Je travaille avec les familles qui m’appellent et mes entretiens ont une durée moyenne de 1h30 à 2 heures.

Ils reposent sur :

  • une écoute attentive et empathique de chaque personne présente 
  • une définition précise des circonstances 
  • une proposition des changements visant à obtenir la résolution des difficultés présentes.

Tout d’abord, je vais expliquer la conduite de l’entretien et demander la participation de tous les membres de la famille (systémique).
La présence de l’animal : chien, chat ou cheval n’est pas indispensable, c’est pourquoi je peux travailler à distance.

 

Vous allez m’exposer ce qui vous dérange.

Je vais ensuite vous questionner pour obtenir les informations nécessaires en prenant en considération toutes les diversités présentes.

Pour vous aider à résoudre votre problème, il me faut intégrer les éléments rattachés au contexte : famille, milieu, moment, lieu, temps, durée, répétitivité… ainsi que toute évolution, tout changement s’y étant produit ou devant s’y produire.

Il me faut encore déterminer le problème dont la définition répond à des critères précis et définir le ou les objectifs, ce qui n’est pas toujours simple.

2 ou 3 entretiens suffisent généralement à régler les problèmes présentés : agressivité, anxiété, phobies….

Ils sont distants de 15 jours à 3 semaines.

Mon attention et mon travail se portent sur LA CAUSE ORIGINAIRE.
Dès lors les effets, qui n’ont plus de raison d’être, disparaissent.

Selon les difficultés rencontrées, une collaboration entre plusieurs praticiens peut s’avérer nécessaire : vétérinaire, éducateur, psychologue, ostéopathe, instructeur d’équitation…

Pendant les entretiens, le téléphone est coupé !

 

1 Comment

  1. Léana dit :

    Merci pour cette article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *